Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 septembre 2014 3 03 /09 /septembre /2014 17:11

1984020 13897530-plouaretgare-20130126-l131dLa CLCV a interrogé les usagers sur le coût et sur la qualité de leurs transports en commun et notamment du TGV.

La CLCV rend public ce jour son enquête de satisfaction réalisée auprès de plus de 800 voyageurs.

Pour la 4ème année consécutive, nos bénévoles ont interrogé les usagers en face à face durant leur trajet pour recueillir leur avis sur le coût et sur la qualité de leurs transports en commun et notamment du TGV. Les 802 réponses obtenues permettent de dégager un ressenti intéressant face à un service souvent indispensable et qui représente un part grandissante dans un budget.

On relève notamment que :

L’important c’est la baisse des prix.

Nous avons demandé aux voyageurs quelles améliorations ils attendaient le plus, la baisse des prix est en tête à 54,83%. Arrivent ensuite la ponctualité (20,56%) et la fréquence (10,12%). La transparence des tarifs (9,35%) et le confort (5,14%) semblent moins prioritaires.

Par ailleurs 4 personnes interrogées sur 5 jugent  assez cher » ou « trop cher » le prix des transports (80,1%). Le prix des transports par rapport à la prestation délivrée n’est pas justifié pour 48,4% et justifié pour seulement 35% (Nsp : 16,6%). Des pistes sont à l’étude pour baisser le prix des billets, nous resterons vigilants face à un risque de dégradation du service. 

Améliorer l’indemnisation des retards 

Si 40,13% des voyageurs subissent souvent des retards, l’indemnisation est très loin d’être la règle. Des compensations insuffisantes et sous conditions existent pour les TGV et Intercités mais rien pour des transports aussi communs que les TER, Métro et RER. Pour plus de 63% du panel, un retard doit être indemnisé dès 15 minutes pour tout transport. Au-delà du remboursement d’une partie du billet, nous réclamons la prise en charge des préjudices particuliers dus à ces manques de ponctualité (réunion manquée, ...)

Un bon point : l’accueil en gare

Devant ce constant assez critique des usagers, on relèvera un résultat plutôt positif bien que perfectible : l’accueil en gare ou station est qualifié de bon à 48,7%. 

L'enquête détaillée de la CLCV 


Repost 0
Published by CLCV Côtes d'Armor - dans consommation
commenter cet article
1 juillet 2014 2 01 /07 /juillet /2014 16:21

c7fe4006e8f3746eeabdbbbd7b340ce6 XL

La CLCV permet à ses adhérents de bénéficier d'une prime Certificats d’Economies d’Energie pour vos futurs travaux privatifs en partenariat avec Partager La Croissance (PLC). Ce financement est de l'unique responsabilité de PLC.

La simulation de la Prime Cash Energie doit précéder l'engagement des travaux de rénovation: la date de signature du devis doit être comprise entre la confirmation de lecture de l'email reçu au moment de la simulation et la date de facture.

Seule la validation par PLC et le Pôle National des CEE de votre dossier donne droit au versement de la prime CEE.

 

Pour lire la suite de la présentation cliquez sur ce lien

 

Vous trouverez en cliquant sur ce lien l'offre en détail

 

 


Repost 0
Published by CLCV Côtes d'Armor - dans consommation
commenter cet article
5 février 2014 3 05 /02 /février /2014 18:28

banques.jpgPour ce palmarès 2014, la CLCV et Mieux Vivre Votre Argent ont passé en revue les tarifs applicables au 1er février 2014 dans 135 établissements, soit la quasi-totalité de la banque de détail en métropole et outre-mer.


La facture annuelle des frais est calculée, pour trois profils types de consommateurs, selon les deux modes tarifaires proposés: prix des services à l’unité et facturation au forfait dans le cadre des packages.


Premier constat, les écarts de prix sont toujours aussi importants. En métropole, en retenant la formule la moins chère, selon l’établissement choisi, notre « petit consommateur » de services pourra payer jusqu’à 179% de plus pour bénéficier exactement des mêmes services. Ces écarts, même s’ils sont moindres, atteignent pour autant 71 % et 72 % pour notre « consommateur moyen » et pour notre « gros consommateur » de services.


La comparaison s’avère donc fort utile ! Et elle ne doit pas s’arrêter là car il convient aussi d’être vigilant pour choisir, au sein d’un même établissement, l’option la plus avantageuse entre la souscription à l’unité des produits ou le package proposé. Hors banques à distance, le package ne présente ainsi d’intérêt que dans 19 établissements pour notre « petit consommateur ». Il devient plus fréquemment intéressant pour « notre consommateur moyen », dans 57 % des cas, et pour notre « gros consommateur » de services, dans 63% des banques qui en commercialisent.


Enfin, en retenant les prix « à la carte », hors banques en ligne, la majorité des clients des banques analysées devront payer plus qu’en 2013. Le coût de notre panier de services est ainsi en augmentation dans 67% des banques pour notre « petit consommateur ». Cette hausse se retrouve dans 66% des établissements pour notre « consommateur moyen » et dans 69 % d’entre eux pour « notre gros consommateur ».

 

Retrouvez les résultats de l'enquête pour la Région Bretagne en cliquant sur ce lien

Repost 0
Published by CLCV Côtes d'Armor - dans consommation
commenter cet article
6 novembre 2013 3 06 /11 /novembre /2013 16:54

visuel-carouselle-quoi-sert-une-banque.jpg

 

Ouverture d’un compte, changement de tarifs, frais…  nos experts répondent à vos questions.

Avec l’adoption de la loi sur la séparation bancaire en juillet 2013, certaines règles ont changé, notamment en ce qui concerne les frais pour incident de paiement ou l’information qui doit être donnée par la banque à ses clients.  Voici, sous forme de questions-réponses, toutes les informations pratiques à connaître dans votre relation au quotidien avec votre banque.

Une banque peut-elle refuser d’ouvrir un compte ?

Si une banque a le droit de refuser d’ouvrir un compte, elle doit en revanche vous informer de l’existence de la « procédure de droit au compte ». Cette procédure permet d’obtenir de la Banque de France qu’elle désigne un établissement auprès duquel vous pourrez détenir un compte.

 

Cliquez ici pour lire la suite

 


Repost 0
Published by CLCV Côtes d'Armor - dans consommation
commenter cet article
4 avril 2013 4 04 /04 /avril /2013 11:22

Charles PERNIN, chargé de mission à la CLCV, nous informe :

 

La CLCV vient de porter plainte contre X auprès du Parquet de Paris dans l’affaire de la viande de cheval.


Ce scandale d’une ampleur sans précédent où se mêlent pratiques frauduleuses et négligences multiples ne doit évidemment pas en rester là.


En tant que représentant des consommateurs, nous demandons à la justice de faire toute la lumière sur les responsabilités des uns et des autres et de prendre les sanctions qui s’imposent.

 

Mais l’action de la justice ne règlera pas tout et il importe d’éviter que ce scandale ne soit vu simplement comme « une crise de plus » par les professionnels et les pouvoirs publics.

 

Pour cela, il convient d’en tirer les enseignements et de faire évoluer les pratiques en profondeur.

 

C’est pourquoi nous demandons :

 

-      Un étiquetage de l’origine nationale des ingrédients « principaux » des produits transformés (1) ;

 

-      Un audit indépendant des systèmes de contrôle en Europe ;

 

-      Un renforcement des contrôles officiels et, en tout état de cause, un coup d’arrêt aux politiques qui visent à déléguer les tâches d’inspection officielle aux professionnels eux-mêmes ;

 

-      Un renforcement des sanctions en cas de fraude et une publicité de ces sanctions ;

 

-      La mise en place d’indicateurs fiables, exhaustifs et transparents sur la pression de contrôle dans le secteur agroalimentaire.

 

L’enjeu est de taille car cette affaire n’est pas un cas isolé.
Les récentes révélations sur la viande de mouton non conforme ou les cas de remballe n’ont fait que saper davantage la crédibilité de tout un secteur.


Sans un effort réel de transparence, les filières agroalimentaires ne parviendront pas à regagner la confiance des consommateurs.


 

 

(1) On entend par ingrédients principaux ceux qui sont mis en avant sur le produit (ex : lasagnes à la viande de boeuf) et/ou ceux dont les proportions cumulées représentent 50% du poids du produit.



 

Repost 0
Published by CLCV Côtes d'Armor - dans consommation
commenter cet article
11 février 2013 1 11 /02 /février /2013 21:33

 

 

La CLCV a réalisé un sondage sur internet pour connaître les attentes des consommateurs en matière d’information sur l’origine des produits alimentaires1.

 

Sur les 1040 personnes qui ont participé, une quasiunanimité (99% des sondés) considère quavoir une information sur lorigine des aliments est important.

 

Les répondants y voient avant tout un moyen de contribuer au développement économique d’une région ou d’un pays (critère cité par 71 % des répondants). Viennent ensuite des motifs d’ordre environnemental (66 %), social (63 %) et ayant trait à la sécurité des produits (62%).

 

Les consommateurs se sont prononcés pour une information détaillée sur l’origine. S’agissant de la viande par exemple, 79% voudraient que soient indiqués les lieux de naissance, d’élevage et d’abattage. Ils sont aussi favorables à une information sur l’origine des principaux ingrédients pour les produits « composites ».

 

Ce sondage va nous permettre de relayer les attentes de consommateurs dans le cadre de l’évolution de la réglementation européenne sur l’étiquetage qui prévoit davantage de transparence sur l’origine des produits.

 

  Il nous paraît important que linformation fournie aux consommateurs porte sur le pays dorigine du produit (ou de ses ingrédients) et ne se limite pas à une mention «UE/non UE » ;

 

Nous proposons par ailleurs d’élargir l’étiquetage de lorigine àtoutes les denrées composées dun seul ingrédient (huile, farine, sucre) et à lensemble des viandes ;

 

Concernant les produits élaborés, nous demandons une information sur les principaux ingrédients de la recette, c’estàdire ceux qui représentent 50% de la composition du produit et/ou qui sont mis en avant par le marketing.

 

 

Retrouvez les résultats de l'enquête en cliquant sur le lien ci-après :

Enquête origine produits alimentaires  

 

 1La CLCV a mis en ligne sur ces sites internet (http://www.clcv.org/ et http://www.lepointsurlatable.fr/) un sondage en 6 questions fermées auquel 1040 internautes ont répondu entre le 13/12/2012 et le 28/01/2013.

 

Les événements de ces derniers jours confirment l'avis des consommateurs.

 

image001.png C’est du cheval ou bien du bœuf...

 image002.png

 

 

 

 


Repost 0
Published by CLCV Côtes d'Armor - dans consommation
commenter cet article
24 octobre 2012 3 24 /10 /octobre /2012 12:42

 

Logo60-png-mail-1.jpg Dans le cadre de son 60ème anniversaire, la CLCV a donné la parole aux consommateurs et usagers. Elle a ainsi recueilli le sentiment de plus de 5 000 d’entre eux, à travers ses diverses enquêtes dans les domaines de la consommation, du logement, de l’environnement et des transports.


 

 Il en ressort, un certain nombre d’informations particulièrement intéressantes comme :


- des inquiétudes sur les prix et sur la qualité des produits et services ;


- 30 % des personnes interrogées déclarent avoir de mauvaises ou très mauvaises relations avec leurs bailleurs et 38 % avec leur syndic ou agents immobiliers ;


- conséquence de la crise du logement : 80 %  des locataires interrogés déclarent qu’il est difficile de changer de logement (aussi bien dans le secteur privé que social) ;


- 90 % des répondants disent avoir déjà adopté des gestes en matière de tri des déchets et d’économie d’énergie….


 Ces enquêtes confirment le souhait des consommateurs de disposer de réels moyens face aux pratiques des professionnels - ils plébiscitent la mise en place d’une action de groupe -et nous permettent d’avancer de nombreuses propositions.

 

Retrouvez l’intégralité des résultats en pièce jointe… 

Repost 0
Published by CLCV Côtes d'Armor - dans consommation
commenter cet article
20 août 2012 1 20 /08 /août /2012 17:36

 

assises-rail.jpgToujours autant sollicités par les usagers des transports ferroviaires qui se plaignent des tarifs, de la ponctualité, de leur situation de client captif etc, nous sommes, comme en 2011, aller à la rencontre des voyageurs dans les trains pour recueillir leur avis.

676 personnes enquêtées sur de nombreuses lignes différentes nous donnent ainsi un instantané intéressant de l’appréciation des consommateurs ainsi qu’une comparaison intéressante avec l’enquête réalisée en 2011.


On peut notamment constater que :

- 88% des sondés trouvent les prix trop chers ou chers (43,3% des consommateurs questionnés jugent le prix du transport en train trop cher, et 45,1% le jugent cher). Seuls 10,7% considèrent le niveau de prix comme correct.

- l’information sur les tarifs et la structure tarifaire apparait opaque pour 27,1% des sondés, et insuffisante pour 40,2%. Malgré une légère amélioration constatée par rapport à l’enquête 2011, la situation demeure peu satisfaisante en l’état.

- de manière générale, les améliorations attendues par les voyageurs portent sur la baisse des prix (48%), la ponctualité (27,3%), l’amélioration des fréquences (15,3%) et du confort (8,4%)


On notera cependant un élément positif pour la SNCF, l’accueil en gare jugé satisfaisant ou très satisfaisant par 80% des personnes sondées. C’est sans doute le résultat d’une prise de conscience de l’entreprise publique au cours de ces dernières années.


Cette enquête confirme le risque de perte d’attractivité du train par les consommateurs et ce malgré les priorités affichées en faveur de ce dernier par les pouvoirs publics. Les consommateurs enquêtés pointent du doigt l’opacité de la tarification (les bons plans étant souvent réservés aux internautes avertis) mais également la question des retards avec une information en temps réelle absente et une indemnisation du préjudice subi insuffisante.


Sur la tarification, on rappellera la récente étude de la CLCV (13 juillet 2012) portant sur 720 tarifs et 24 destinations et soulignant des tarifications au kilomètre fort disparates selon les trajets et un tarif au kilomètre en moyenne 25% plus élevé pour des destinations au départ des villes en régions par rapport à Paris.

 

Voir les résultats de l'enquête

Repost 0
Published by CLCV Côtes d'Armor - dans consommation
commenter cet article
27 janvier 2012 5 27 /01 /janvier /2012 17:55

Pour ce palmarès 2012, la CLCV et Mieux vivre votre argent ont passé en revue les tarifs applicables au 1er février 2012 dans la quasi-totalité de la banque de détail en métropole et dans les DOM-TOM, soit 133 établissements.

 

La facture annuelle des frais est calculée, pour trois profils types de consommateurs, selon les deux modes tarifaires proposés : prix des services à l’unité et facturation au forfait dans le cadre des packages.

Au total, ce sont 26 162 lignes tarifaires qui ont été analysées.

 

Les résultats démontrent une nouvelle fois que les consommateurs ont tout intérêt à ouvrir l’oeil pour voir si leur facture ne serait pas moins chère ailleurs et si l’offre proposée par leur banque est bien la plus adaptée à leurs besoins.

 

A quelques exceptions près, pour les banques en réseau, le paiement des services à leur prix unitaire reste la solution à privilégier pour notre «petit consommateur».

Par opposition au package, le paiement d’un panier de services facturé forfaitairement, qui n’est avantageux que dans un cas sur deux pour notre «consommateur moyen» et dans 58 % des banques pour notre couple gros consommateur.

 

Les écarts de prix sont considérables, même en prenant en compte dans chaque établissement l’option tarifaire la moins chère !

Jusqu’à 164 % de plus à acquitter pour un même panier en métropole sur notre profil « petit consommateur»,

75 % de différence pour le «consommateur moyen »

et 67 % pour notre couple gros consommateur de services.

 

En outre-mer, les tarifs affichés par certains établissements, malgré les baisses, demeurent exorbitants : jusqu’à près de 4 fois plus élevés qu’en métropole pour notre « petit consommateur ».

 

Enfin, en retenant les prix à la carte, la facture moyenne de nos 3 profils est plutôt orientée à la baisse - 0.46%, - 1.46% et - 2.35 % respectivement.

 

Les baisses sont moins importantes si l’on exclut les banques outre-mer, ces dernières ayant consenti quelques efforts pour réduire leur important surcoût.

Pour les seules banques métropolitaines, les tarifs sont alors stables pour notre petit consommateur soit + 0.06 %, en baisse de 0.78 % pour notre consommateur moyen et en baisse de 2.25 % pour le couple gros consommateur.

Ces moyennes cachent de fortes disparités entre établissements. Ainsi, notre petit consommateur verra sa facture augmenter dans 63 des 124 banques « en dur » qui figurent dans notre classement.

 

Les résultats détaillés sont disponibles sur le site de la CLCV, www.clcv.org, et sur le site de Mieux vivre votre argent, www.votreargent.fr,

Comparatif Bretagne ici

 

Repost 0
Published by CLCV Côtes d'Armor - dans consommation
commenter cet article
23 décembre 2011 5 23 /12 /décembre /2011 17:35

 

Mme K. achète une cuisine intégrée qui sera installée par le vendeur.

Pendant le montage, elle doit s’absenter, mais prévient l’installateur qu’un compteur à eau peut poser un problème.

A son retour, elle constate que les meubles de cuisine sont décalés, collés à la fenêtre ouvrante, qu’un espace de 20 cm est resté béant et qu’un placard ne s’ouvre pas.

Déçue, elle demande la dépose et repose mais à charge du vendeur. La réponse de celui-ci est l’envoi d’un chèque de 193 € représentant le montant de la TVA…

Non satisfaite, elle nous confie son dossier.

Par écrit, nous rappelons au vendeur qu’il a obligation de résultat (article 1147 du Code Civil) et que par conséquent, il doit reposer la cuisine correctement .

 

 

Notre adhérente obtient satisfaction.cuisine-5

 

Sa cuisine est magnifique.

 

Elle n’a rien à payer

et

nous remercie chaleureusement.


 

 

 


Repost 0
Published by CLCV Côtes d'Armor - dans consommation
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de la clcv des côtes d'armor
  • Le blog de la clcv des côtes d'armor
  • : Blog de la CLCV (consommation logement et cadre de vie) des Côtes d' Armor
  • Contact

Recherche

Thèmes